La doctrine de la Trinité

dans

La Tradition de l’Eglise, Les Ecritures et L'Histoire



Tradition de l’Eglise

La doctrine de la Trinité occupe une place centrale dans toutes les dénominations chrétiennes « orthodoxes ». La Trinité repose sur la conception d’un Dieu en trois personnes, dénommées le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

La déclaration de la doctrine nicéenne fut produite en 325 après Jésus-Christ. Elle comprend trois éléments principaux, un pour chaque personne de la Trinité. A partir de cette date, la Trinité a été une doctrine centrale de tout courant de l’église chrétienne.

Tout service de n’importe quelle église catholique romaine ou anglicane fait mention de la Trinité, souvent à plusieurs reprises. La doxologie « Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit » est chantée à la fin de la récitation de chaque psaume. Beaucoup de prédicateurs introduisent leurs sermons par cette phrase : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ». Un grand nombre d’offices d’églises traditionnelles se terminent par les mots de cette « Bénédiction » : que la bénédiction du Dieu Tout puissant, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, soit au milieu de vous, et demeure avec vous pour toujours. Amen ». En outre, les offices se terminent par cette formulation sur la grâce : «Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ et l’amour de Dieu et la présence du Saint-Esprit soient avec vous tous » (Cf. 2Corinthiens 13 : 14).

La plupart des églises utilisent la formule trinitaire au moment du baptême, selon les paroles de Jésus telles que rapportées dans Matthieu 28 : 19 : « Allez et faites des disciples de toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du fils et du Saint-Esprit ».

Un grand nombre d’hymnes traditionnels sont basés sur la Trinité. Par exemple, l’hymne « Saint, Saint, Saint, le Seigneur Tout Puissant » se termine par ces mots « Dieu en trois personnes, Trinité bénie ».

On ne compte plus les églises qui dans les pays de l’ouest sont appelés « Eglise de la Trinité » ou « Eglise de la Sainte Trinité ». Pour beaucoup de dénominations, croire en la Trinité est le test de vérité de l’orthodoxie. Toute dénomination qui croit en la Trinité est considérée être orthodoxe. Ce qui englobe, bien sûr, les églises catholiques romaines, grecques ou russes orthodoxes, anglicanes, méthodistes, baptistes, presbytériennes, et beaucoup de groupes pentecôtistes, mais pas tous.

Les Témoins de Jéhovah, les Mormons, les Christadelphiens et autres qui ne croient pas en la Trinité ou en la déification du Christ sont considérés comme des sectes.

Comme nous le voyons, l’église traditionnelle insiste énormément sur la doctrine de la Trinité. Néanmoins, cet enseignement est-il basé sur les Ecritures comme on pourrait s’y attendre ? Ou repose-t-il uniquement sur une tradition d’église ?

Nous allons sonder les Ecritures Saintes pour trouver la réponse.

Les Ecritures

Le mot « Trinité »

Combien de fois le mot « Trinité » apparait-il dans la Bible ? La réponse est : aucune fois, de la Genèse au Livre de l’Apocalypse. En fait, il n’a aucun équivalent en grec ou en hébreu.

Le Nouveau Testament accorde une très grande importance au nom de Jésus et presque pas à celui du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Jésus utilise la phrase « mon nom » plus de 20 fois dans les évangiles. Voici quelques références : Matthieu 18 :20, Matthieu 18 : 5, Matthieu 24 : 9, Marc 16 :17, Jean 14 : 13, Jean 14 : 26, Jean 16 : 23. La phrase « nom de Jésus » apparaît plus de 10 fois dans le Livre des Actes (Cf. Actes 2 : 38, Actes 3 : 6, Actes 4 : 18, Actes 16 : 18, Actes 26 : 9).

Paul écrivit aux Colossiens : «Tout ce que vous faites, en paroles ou en actes, faites toutes choses dans le nom du Seigneur Jésus, remerciant Dieu le Père au travers de Lui » (Colossiens 3 : 17). Quiconque assiste au service d’une église traditionnelle penserait qu’il a voulu dire « Faites toutes choses dans le nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ».

Le mot « Personne »

Combien de fois le mot « personne » apparaît dans la Bible ? La même réponse que pour la Trinité ! Zéro fois ! En fait, aucune référence au mot personne ni dans l’hébreu ancien ni dans grec ancien. L’hébreu moderne utilise le terme « adam » (אדם) qui signifie « homme ». L’église avait besoin d’un mot décrivant pouvant s’adapter à Dieu, le Père et Jésus et le Saint-Esprit. Elle a misé sur le mot latin « personna » venant du grec προσωπον (car ils ont les mêmes racines de lettres « p », « r » et « s »). Le mot προσωπον signifie visage et fut utilisé pour décrire les masques portés par les acteurs dans le théâtre grec. L’idée était que Dieu a trois visages – Père, Fils et Saint-Esprit ». Les dictionnaires français parlent du mot « personne » comme voulant dire « être humain » ou « homme, femme ou enfant ».

Père et Esprit

L’Ancien Testament mentionne rarement le Saint-Esprit, mais se réfère fréquemment à l’Esprit de Dieu. Dans le Nouveau Testament, le Saint-Esprit (πνευμα αγιον) est mentionné 89 fois, dont 40 dans le livre des Actes. Je pense que chacun sera d’accord pour dire que le Saint-Esprit et l’Esprit de Dieu c’est la même chose.

Personne ne voudrait normalement imaginer que Dieu et son Esprit sont deux personnes différentes. Mon esprit et moi ne sont pas deux personnes séparées. Ensemble, Ils forment mon moi. Vous et votre esprit et votre intelligence ainsi que votre corps composent une seule personne qui est vous. Personne ne pourrait imaginer que Dieu et son Esprit sont deux personnes séparées… Dieu et son Esprit sont-ils des êtres séparés ? Le mot hébreu pour esprit est רוּחַ (ruach) et le mot grec est πνευμα qui signifie littéralement « vent » ou « souffle ». L’Esprit de Dieu ou le souffle de Dieu sont-ils des personnes séparées de Dieu ? Rien dans la Bible ne nous laisse entendre cela.

Père et Fils

Combien de fois la Bible décrit Jésus comme Dieu ?

Si nous entendons « Fils de Dieu », la réponse est de nombreuses fois. Jésus est appelé Seigneur (κυριος) un nombre de fois illimité, mais nulle part dans le Nouveau Testament il est dit que Jésus est Dieu.

De manière significative, jetons un regard sur les passages du Nouveau Testament où nous pourrions nous attendre à ce que Jésus soit décrit comme Dieu si la doctrine de la Trinité était vraie. Aucun de ces passages l’atteste.

Tous les versets ci-dessus mentionnés auraient pu statuer que Jésus était Dieu. Aucun d’eux ne le fit.

Deux passages supplémentaires du Nouveau Testament établissent clairement qui fut Jésus. Nous aurions pu nous attendre, si l’enseignement de l’église était juste, qu’on nous dise clairement que Jésus est Dieu. Examinons-les.

Ces passages et d’autres encore du Nouveau Testament nous renseignent sur beaucoup de choses merveilleuses à propos de Jésus, mais aucun d’eux nous dit qu’il est Dieu. C’est l’enseignement de l’église, mais non celui de la Bible.

Pour finir sur ce thème, que dit Jésus lui-même à propos de sa propre identité ? Il posa la question à ses disciples « Et vous, que dites-vous que je suis » ? Pierre répondit « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Matthieu 16 : 16). Jésus donna son entière approbation à Pierre en disant : « Tu es heureux, Simon Bar-Jonah ! Car ce ne sont ni la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est dans les cieux » (Matthieu 16 : 16). Pourquoi Pierre ne dit-il pas « tu es le Christ, le Dieu vivant » ? Tout bonnement, parce que c’est l’Eglise qui nous dit que Jésus est Dieu, mais la Bible et Jésus lui-même ne le disent pas.

Un seul verset dans tout le Nouveau Testament apparaît pour nous dire que Jésus est Dieu. C’est quand Jésus, ressuscité, franchit les portes closes et montre à Thomas ses mains et ses pieds percés. Thomas s’exclama alors avec étonnement, « Mon Seigneur et mon Dieu » (Jean 20 : 28). Ceci n’en fait pas pour autant un aspect doctrinal concernant la nature de Jésus, mais exprime plutôt un émerveillement au moment où il rencontre Dieu en Jésus. Il vit Dieu en Jésus. Nous ne pouvons interpréter cela pour en tirer la conclusion que Jésus est Dieu quand, comme nous l’avons vu, aucune des affirmations doctrinales ne le fait.

Au regard de la Trinité, quelques passages bibliques sont ambigus et différents traducteurs ont eu une interprétation différente. Historiquement, j’imagine, la grande majorité des traducteurs étaient partisans de la doctrine trinitaire et lui ont attribué le bénéfice du doute. Les traducteurs de la version anglaise King James très influente, avaient des préjugés au sujet de la Trinité. Ils auraient pu perdre leur job et très certainement leur vie s’ils ne l’avaient pas pris en considération ! Cette traduction a eu une très forte influence sur bien d’autres traductions.

D’un intérêt tout spécial sont les paroles bien connues d’Esaïe 9 : 6 : « On l’appellera Merveilleux Conseiller, Dieu Tout Puissant, Père Eternel, Prince de Paix ». Ceci fut une prophétie qui connut deux accomplissements. A court terme, elle se réfère à la naissance du roi Ezéchias et à plus long terme à celle de Jésus. Il y a deux problèmes. Le verbe hébreu (יִּקְרָא) traduit par « sera appelé » est au mode actif plutôt que passif. De même, « Père Eternel » n’est pas une description naturelle tant pour Ezéchias que Jésus. Une traduction plus appropriée pourrait être « le Dieu Tout Puissant, le Père Eternel lui a donné le nom de « Merveilleux Conseiller, Prince de Paix » ».

Deux autres versets dans Hébreux 1 : 8-9 (Cf. Biblical Unitarian website Heb 1:8) et Romains 9 : 5 laissent toutes deux entendre que Jésus est Dieu. Ce sont là-aussi des problèmes de traduction ou d’interprétation, qui peuvent aisément être relevés sur internet.

Permettez-moi de rajouter une autre idée dans cette partie, et peut-être la plus importante de cette étude : si Jésus était Dieu alors que nous sommes de simples mortels, il y a peu d’espoir que nous soyons un jour comme lui ; mais si il est le Fils de Dieu, et que nous, par la nouvelle naissance, nous devenions des fils et des filles de Dieu, et frères et sœurs de Jésus, alors nous avons l’extraordinaire chance d’être transformés à sa ressemblances et vivre de la même vie que lui.

Versets singuliers de la Bible

A quel endroit la Bible désigne-t-elle à la fois le Père, le Fils et le Saint-Esprit comme étant ensemble ? Nous allons examiner les versets les plus significatifs du Nouveau Testament.

1. Matthieu 28 : 18,19 : Jésus vint et leur dit : « Toute autorité m’a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez et faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ce passage est celui qui affirme le plus la doctrine de la Trinité. Le verset 19 contient tous les mots Père, Fils et Saint-Esprit, mais ce verset n’aboutit pas à établir que Dieu est une Trinité basée sur trois personnes ! En outre, ce verset soulève des difficultés que nous pouvons facilement omettre en raison de sa privauté.

Tout ce qui a trait au baptême dans le Livre des Actes mentionne seulement « dans le nom de Jésus ». Cf. Actes 2 : 38, 8 : 16, 19 :5 et voir aussi 1Corinthiens 1 : 13. Pouvons-nous sérieusement croire que Jésus aurait dit à ses disciples de les baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et que ces derniers auraient complètement ignoré ses instructions ?

En outre, ce verset ne correspond pas avec ce que Jésus dit auparavant. Comme nous l’avons vu, il utilise les mots « mon nom » vingt fois dans les quatre évangiles, mais nulle part il parle du « nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ».

Ce verset se présente dans sa forme standard dans tous les manuscrits grecs reconnus, mais l'historien d'église Eusebius (263-339 après J.C.) le cite ainsi « Allez et en mon nom faites des disciples de toutes les nations ». Ce fut ce que, probablement, Matthieu écrivit à l’origine, mais ceci fut altéré pour inclure la doctrine de la Trinité dès que les manuscrits commencèrent à être copiés. Après la phrase « tout pouvoir m’a été donné… » baptisez en mon nom a du sens « baptisez dans le nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » n’en a pas.

Le site Web Biblical Unitarian website Matthew 28:19 donne davantage de détails quant au questionnement soulevé par ce verset.

2. 2Cor 13:14 : « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ et l’amour du Père et le partage du Saint-Esprit soit avec vous tous ». Ce verset est connu comme celui de la Grace et il est très connu de beaucoup de gens car il est fréquemment cité lors des offices d’église, mais ne s’accorde pas avec la doctrine trinitaire de l’église.

3. Il en va de même pour d’autres versets tels que 1Corinthines 12 : 4-5, Ephésiens 4 : 4-6, 1 Pierre 1 : 2 et Apocalypse 1 : 4-5. Ils font référence à Dieu, Jésus et le Saint-Esprit, mais en aucune façon ils affirment que Dieu est une Trinité composée de 3 personnes.

L’Histoire

La doctrine de la Trinité ne commence pas avec la période du Nouveau Testament. De manière étonnante, elle existe bien avant le temps de Jésus. Les Sumériens, les Babyloniens, les Indiens, les Grecs et les Egyptiens ont tous des doctrines trinitaires à propos de leurs dieux ! (Cf. le site web Ancient Trinitarian Gods pour en savoir plus à ce sujet). La plupart de ces religions proclament que leurs trois dieux sont tous un.

La doctrine babylonienne de la trinité incluait Nimrod, Semiramis et Tammuz qui étaient le père, la mère et le fils. D’autres religions anciennes avaient un concept trinitaire semblable.

La doctrine de la Trinité a progressivement gagné du terrain jusqu’au temps de l’empereur Constantin. Il décréta que le Christianisme serait la religion de l’empire romain, et à partir de ce moment-là, l’église commença à adopter des festivités païennes, à construire des édifices païens et encore beaucoup d’autres choses en matière de pratique païenne.

Ni Jésus ni aucun de ses apôtres enseignèrent la doctrine de la Trinité. Comme nous l’avons vu, elle n’apparaît nulle part dans l’Ancien ou le Nouveau testament.

A quel moment cette doctrine de la Trinité fut officiellement adoptée par l’Eglise ? Au point de devenir l’élément central de sa doctrine (pour plus d’informations, voir le site Web God’s Plan for All - ch 26.

Les dieux d’autres religions incluent père, mère et fils, mais l’église n’a évidemment pas retenu ce choix pour définir la Trinité en trois personnes ; ainsi, il apparaît que le Saint-Esprit a été désigné pour ce rôle.

Maintenant, nous devons poser une question-clé. Est-ce que l’église s’accrut progressivement dans la connaissance de la vérité, à partir du Jour de la Pentecôte jusqu’à la période de Constantin et jusqu’à présent ou un autre aspect est-il apparu entre temps ? Ou à partir de quand l’église a-t-elle mis en avant des points obscurs et des erreurs ? La doctrine de la Trinité est-elle une vérité pure venant de Dieu ? Ou traduit-elle une étape sur le chemin du paganisme ?

Pour utiliser un langage biblique, la doctrine de la Trinité était-elle un accomplissement de la promesse de Jésus (Jean 16 : 13) disant que le Saint-Esprit les guiderait dans toute la vérité ? Ou était-elle une part de l’accomplissement de la prédication de Paul au sujet de la grande apostasie (2Tessaloniciens 2 : 3) ?

A partir de Constantin, croire en la Trinité devint un test décapant pour vérifier si un chrétien était authentique ou non. Celui qui ne croyait pas en la Trinité était considéré comme hérétique.

Ce genre de situation est toujours d’actualité. La sanction pour celui qui renie la doctrine de la Trinité a grandement varié au cours des siècles. Tantôt elle s’est traduite par l’exclusion de l’église nationale dominante, et tantôt elle a même conduit au bûcher. De nos jours, elle consiste en l’exclusion simple à toute position officielle dans l’église ou organisation s’appuyant sur la Trinité.

La doctrine de la Trinité a une très mauvaise réputation !

Nous devons encore poser une question : quel est le test véritable de la foi ? Est-ce un consentement verbal à la doctrine de la Trinité ? Quel test donna Jésus ? « En vérité, en vérité, je vous le dis, à moins que quelqu’un ne naisse de nouveau d’eau et d’esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3 : 5). Que dit Paul ? « Celui qui n’a pas l’esprit de Christ ne lui appartient pas ». Ainsi que les paroles de Jean « quiconque a le Fils a la vie » ; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie ». Ce sont-là les vrais tests de foi.

Les structures humaines ont besoin de tests humains pour leurs membres. C’est à quoi adhère tout candidat qui croit. Mais l’église de Dieu n’est pas une organisation humaine. « L’homme –et la grande partie de l’église- regarde à l’expérience extérieure, mais le Seigneur regarde au cœur (1Samuel 16 : 7).

Les opposants

La doctrine de la Trinité est une pierre d’achoppement pour les opposants. Si Jésus est Dieu et est séparé de Dieu le Père en tant que personne, et si le Saint Esprit est aussi une autre personne à part, les opposants concluent immédiatement que le christianisme enseigne l’existence de trois dieux séparés.

Pour les Juifs, la doctrine de la Trinité a été la marque de leur séparation d’avec les chrétiens. Dans la liturgie juive, la prière centrale est celle du Ch’ma : « Ecoute, O Israël, YHWH notre Dieu, YHWH est un » - שְׁמַע יִשְׂרָאֵל יְהוָה אֱלֹהֵינוּ יְהוָה אֶחָֽד - Ch’ma Yisra’el, YHWH ‘Eloheinu, YHWH ehad. Ce sont exactement les mots de Deutéronome 6 :4. Les Juifs orthodoxes récitent le Ch’ma quotidiennement trois fois par jour. Autrefois, beaucoup de Juifs furent massacrés par l’Eglise mais moururent en prononçant le Ch’ma.

Les Musulmans revendiquent aussi le fait qu’Allah (mot arabe pour désigner Dieu) est un. Aucun d’entre eux ne croit en l’adoration des trois dieux des chrétiens.

Pour les Témoins de Jéhovah (voir Témoins de Jéhovah et Témoins de Jésus), la doctrine de la Trinité a été un excellent moyen pour démontrer aux membres de leur église que l’enseignement de l’église est faux.

Résumé

L’Eglise: la Trinité a été la doctrine centrale des principaux courants des églises et dénominations chrétiennes pendant plus de 1700 ans. Cette doctrine établit que la Tête de Dieu est en trois personnes, Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. Chacun d’entre eux est Dieu mais ensemble ils sont un.

La Bible: Ni le mot Trinité ni le mot personne n’apparaît quelque part dans la Bible. Ni le fait que le nombre trois est en connexion avec Dieu. La Bible attribue à Jésus beaucoup de titres merveilleux, incluant celui de Fils de Dieu, mais nulle part il est dit qu’il est Dieu.

Histoire: Les doctrines trinitaires existaient du temps des Babyloniens et autres anciennes religions bien avant le temps de Jésus. La doctrine n’existe nulle part dans le Nouveau Testament. Elle devint la doctrine officielle de l’église après que l’empereur Constantin ait fait du christianisme la religion officielle de l’empire romain tout en introduisant beaucoup de pratiques païennes dans l’église. A compter de cette date, les gens qui ne crurent pas en la Trinité eurent à souffrir tous les degrés de persécution, du plus léger jusqu’au bûcher.

Beaucoup d’entre nous qui avons grandi dans des pays à dominante chrétienne ont connu l’enseignement de la doctrine de la Trinité depuis notre plus tendre enfance. Beaucoup d’entre nous l’ont accepté sans se poser de questions.

Si la doctrine de la Trinité est juste et vraie, nous devrions la garder précieusement. Si c’est un faux enseignement issu des doctrines babyloniennes venu revêtir la chrétienté, nous devrions la rejeter avec bien d’autres faux enseignements qui ont cours dans les églises traditionnelles.



Les sites Web mentionnés dans cette étude donnent de plus amples informations quant aux sujets variés abordés par celle-ci (Il se peut que je ne sois pas forcément d’accord avec tout ce qu’ils disent) :

A5 livret imprimable de cet écrit --- instructions d’impression